巴塘| 丁青| 屯昌| 塘沽| 谷城| 子洲| 石狮| 曲水| 株洲市| 花莲| 灵山| 桓仁| 云南| 郑州| 郸城| 乐安| 印江| 荥经| 大龙山镇| 黔西| 平房| 大足| 中山| 乡宁| 伊宁市| 萍乡| 博白| 闻喜| 化隆| 梁河| 苗栗| 铁山港| 清河门| 德兴| 五营| 保康| 吉水| 义县| 康平| 修武| 冀州| 双阳| 拉孜| 抚顺县| 鲁甸| 翁牛特旗| 马关| 武胜| 岳池| 隆回| 策勒| 北票| 阜新市| 绵竹| 蕲春| 萨迦| 郧县| 庆云| 开原| 巫山| 环县| 横县| 沙河| 图们| 宁晋| 封丘| 屏南| 晋江| 台安| 隆德| 永登| 扶余| 格尔木| 牟平| 大冶| 宁阳| 得荣| 临潭| 邵武| 固阳| 密山| 资中| 高明| 乐都| 金坛| 岐山| 西青| 集美| 盐边| 高平| 昌都| 天长| 昆明| 江川| 会宁| 石家庄| 中江| 富拉尔基| 茶陵| 鱼台| 富民| 喜德| 广州| 将乐| 新都| 乐都| 泰州| 康保| 津市| 大方| 德钦| 泗洪| 新兴| 栖霞| 宁陕| 怎么做北京赛车代理 巧家| 分宜| 连云区| 南阳| 庐山| 离石| 三门| 东乡| 达坂城| 天全| 广元| 宁远| 富川| 曹县| 精河| 福清| 阳城| 饶平| 曲水| 永安| 泗阳| 梨树| 百家乐论坛xb1.com 鄂州| 清水| 沙坪坝| 双阳| 利川| 阜阳| 澜沧| 芦山| 苍南| 汉寿| 龙州|
  French.xinhuanet.com | Edition européenne | Edition nord-américaine  
ENGLISH
 
   
 

(REGARDS DE CHINE) Les investisseurs chinois en Afrique, entre optimisme et inquiétude

        French.xinhuanet.com | Publié le 2018-02-06 à 15:23
标签:去路

ASP源码
静海县大邱庄镇国强里


La mine de cuivre de Tenke Fungurume en RDC, rachetée par China Molybdenum. Une acquisition en partie financée par le FCICA (Photo : FCICA)

Par Chen Junxia

BEIJING, 17 juin (Xinhua) -- Afin de compléter le Fonds de développement Chine-Afrique (FDCA), établi en juin 2007, la Chine a créé en janvier 2016 une nouvelle institution de financement : le Fonds de coopération industrielle Chine-Afrique (FCICA). Depuis, les investisseurs chinois peuvent compter sur deux fonds spécialisés dans les investissements en Afrique, qui disposent chacun d'un capital de 10 milliards de dollars américains.

Le siège du FCICA se situe dans le centre financier de Beijing, à deux pas du siège de la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures (BAII). Dans une interview accordée à Xinhua, Zhang Zujun, le directeur général du fonds, rappelle que le président chinois Xi Jinping avait annoncé la création du FCICA à l'ouverture du dernier sommet du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA), tenu à Johannesburg en décembre 2015, en vue de soutenir les "Dix programmes majeurs pour la coopération sino-africaine".

"Nous avons débuté nos activités en avril 2016 et examiné près de 60 projets d'investissement jusqu'ici. En à peine plus d'un an, nous avons signé huit accords d'investissement pour un montant de 700 millions de dollars américains, dont 500 millions ont déjà été versés pour six projets", précise M. Zhang, qui nous re?oit dans une salle de réunion. Derrière lui, une carte du monde représente en différentes couleurs les pays africains, destinations clés des investissements du fonds.

"Le tout premier investissement du FCICA a été alloué à une usine d'extrusion d'aluminium en Angola. Avec un investissement total de 40 millions de dollars américains, ce projet constitue l'investissement le plus important d'une entreprise chinoise dans le pays et cette usine d'aluminium est la plus grande d'Afrique australe", souligne M. Zhang avec une certaine fierté.

Cette usine réduit la dépendance de l'Angola aux importations d'aluminium et accro?t les exportations et la réserve de devises du pays. En outre, le projet permettra de créer 500 emplois locaux, contribuant ainsi à stabiliser la situation politique dans le pays.

Financées par des fonds d'investissement tels que le FCICA, de plus en plus d'entreprises chinoises investissent dans des projets importants en Afrique. En Ethiopie, le projet de gaz naturel liquéfié de la société chinoise Poly-GCL, doté d'un investissement total de 3,68 milliards de dollars américains financés partiellement par le FCICA, est le plus grand projet d'investissement dans le pays. Il contribue au développement économique et résorbe la pénurie de fonds et les problèmes de devises de l'Ethiopie, dont l'économie dépend principalement de l'agriculture.

En ce qui concerne les champs d'action de son Fonds, M. Zhang souligne que le FCICA "soutient principalement la construction des trois réseaux [routier, ferroviaire et aérien, ndlr] et l'industrialisation en Afrique". "Il investit dans l'industrie manufacturière, les nouvelles technologies, l'agriculture, l'énergie, les infrastructures et la finance, sans restriction spécifique pour les secteurs d'activités. Le FCICA respecte les lois et coutumes humaines dans les pays africains ainsi que les règles internationales", ajoute-t-il.

Il constate toutefois que des inquiétudes limitent encore les investissements des entreprises chinoises en Afrique. Selon lui, l'instabilité politique, le manque d'infrastructures, la discontinuité des politiques économiques et le faible niveau de développement sont des points faibles de l'Afrique qui dissuadent les investisseurs internationaux d'y investir.

"Pourquoi les investisseurs internationaux investissent rarement en Afrique ? Voilà une question à laquelle il faut trouver une réponse", s'interroge-t-il.

"La plupart des entreprises chinoises présentes en Afrique veulent investir à court terme, car les investissements à long terme entra?nent parfois des risques plus élevés", explique-t-il. "Ces deux dernières années, les investissements directs ont eu tendance à baisser en Afrique, en particulier en Afrique subsaharienne, à cause du ralentissement de l'économie internationale et du développement de l'Afrique. On peut comprendre que les investisseurs hésitent souvent à investir sur ce continent", ajoute-t-il.

Selon lui, les fluctuations des taux de change sont un autre grand risque auquel font face les investisseurs chinois. Les entreprises chinoises investissent principalement en dollars américains en Afrique, tandis que les ventes locales de produits se font en monnaie locale. Par conséquent, l'appréciation du dollar américain et la dévaluation simultanée des monnaies africaines entra?nent un déficit de revenus en dollars américains pour un grand nombre d'entreprises chinoises.

"C'est pourquoi l'internationalisation du yuan en Afrique est un moyen efficace de remédier au risque de change", souligne M. Zhang, qui explique que le paiement en yuans des produits africains exportés vers la Chine, y compris les produits industriels et les produits agricoles, pourrait résoudre ce problème.

Selon lui, un mécanisme de règlement en yuans pour les importations et les exportations, la main-d'oeuvre et les investissements attirerait davange d'investissements chinois en Afrique. "Dans l'ensemble, le manque d'infrastructures, d'électricité, de matériaux de construction et de produits industriels sont les principales difficultés que rencontrent les investisseurs chinois qui souhaitent s'installer sur le continent. Mais ce sont aussi de bonnes opportunités d'investissement", souligne-t-il.

Selon la Commission nationale chinoise du développement et de la réforme, plus de 3.100 entreprises chinoises ont lancé des projets en Afrique, dont les investissements ont dépassé les 100 milliards de dollars au total. Comment maintenir les bonnes perspectives de la coopération sino-africaine et protéger les entreprises chinoises des risques d'investissement en Afrique en même temps ? Voilà une question à laquelle les autorités et les peuples des deux parties devront répondre.

Lire aussi :

(REGARDS DE CHINE) Boom des investissements chinois en Afrique

(REGARDS DE CHINE) Un nouveau modèle de coopération sino-africaine pour renforcer la capacité de production du continent

 
Vous avez une question, une remarque, des suggestions ? Contactez notre équipe de rédaction par email à xinhuanet_french@news.cn
french.xinhuanet.com

(REGARDS DE CHINE) Les investisseurs chinois en Afrique, entre optimisme et inquiétude

Publié le 2018-02-06 à 15:23 | french.xinhuanet.com


La mine de cuivre de Tenke Fungurume en RDC, rachetée par China Molybdenum. Une acquisition en partie financée par le FCICA (Photo : FCICA)

Par Chen Junxia

BEIJING, 17 juin (Xinhua) -- Afin de compléter le Fonds de développement Chine-Afrique (FDCA), établi en juin 2007, la Chine a créé en janvier 2016 une nouvelle institution de financement : le Fonds de coopération industrielle Chine-Afrique (FCICA). Depuis, les investisseurs chinois peuvent compter sur deux fonds spécialisés dans les investissements en Afrique, qui disposent chacun d'un capital de 10 milliards de dollars américains.

Le siège du FCICA se situe dans le centre financier de Beijing, à deux pas du siège de la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures (BAII). Dans une interview accordée à Xinhua, Zhang Zujun, le directeur général du fonds, rappelle que le président chinois Xi Jinping avait annoncé la création du FCICA à l'ouverture du dernier sommet du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA), tenu à Johannesburg en décembre 2015, en vue de soutenir les "Dix programmes majeurs pour la coopération sino-africaine".

"Nous avons débuté nos activités en avril 2016 et examiné près de 60 projets d'investissement jusqu'ici. En à peine plus d'un an, nous avons signé huit accords d'investissement pour un montant de 700 millions de dollars américains, dont 500 millions ont déjà été versés pour six projets", précise M. Zhang, qui nous re?oit dans une salle de réunion. Derrière lui, une carte du monde représente en différentes couleurs les pays africains, destinations clés des investissements du fonds.

"Le tout premier investissement du FCICA a été alloué à une usine d'extrusion d'aluminium en Angola. Avec un investissement total de 40 millions de dollars américains, ce projet constitue l'investissement le plus important d'une entreprise chinoise dans le pays et cette usine d'aluminium est la plus grande d'Afrique australe", souligne M. Zhang avec une certaine fierté.

Cette usine réduit la dépendance de l'Angola aux importations d'aluminium et accro?t les exportations et la réserve de devises du pays. En outre, le projet permettra de créer 500 emplois locaux, contribuant ainsi à stabiliser la situation politique dans le pays.

Financées par des fonds d'investissement tels que le FCICA, de plus en plus d'entreprises chinoises investissent dans des projets importants en Afrique. En Ethiopie, le projet de gaz naturel liquéfié de la société chinoise Poly-GCL, doté d'un investissement total de 3,68 milliards de dollars américains financés partiellement par le FCICA, est le plus grand projet d'investissement dans le pays. Il contribue au développement économique et résorbe la pénurie de fonds et les problèmes de devises de l'Ethiopie, dont l'économie dépend principalement de l'agriculture.

En ce qui concerne les champs d'action de son Fonds, M. Zhang souligne que le FCICA "soutient principalement la construction des trois réseaux [routier, ferroviaire et aérien, ndlr] et l'industrialisation en Afrique". "Il investit dans l'industrie manufacturière, les nouvelles technologies, l'agriculture, l'énergie, les infrastructures et la finance, sans restriction spécifique pour les secteurs d'activités. Le FCICA respecte les lois et coutumes humaines dans les pays africains ainsi que les règles internationales", ajoute-t-il.

Il constate toutefois que des inquiétudes limitent encore les investissements des entreprises chinoises en Afrique. Selon lui, l'instabilité politique, le manque d'infrastructures, la discontinuité des politiques économiques et le faible niveau de développement sont des points faibles de l'Afrique qui dissuadent les investisseurs internationaux d'y investir.

"Pourquoi les investisseurs internationaux investissent rarement en Afrique ? Voilà une question à laquelle il faut trouver une réponse", s'interroge-t-il.

"La plupart des entreprises chinoises présentes en Afrique veulent investir à court terme, car les investissements à long terme entra?nent parfois des risques plus élevés", explique-t-il. "Ces deux dernières années, les investissements directs ont eu tendance à baisser en Afrique, en particulier en Afrique subsaharienne, à cause du ralentissement de l'économie internationale et du développement de l'Afrique. On peut comprendre que les investisseurs hésitent souvent à investir sur ce continent", ajoute-t-il.

Selon lui, les fluctuations des taux de change sont un autre grand risque auquel font face les investisseurs chinois. Les entreprises chinoises investissent principalement en dollars américains en Afrique, tandis que les ventes locales de produits se font en monnaie locale. Par conséquent, l'appréciation du dollar américain et la dévaluation simultanée des monnaies africaines entra?nent un déficit de revenus en dollars américains pour un grand nombre d'entreprises chinoises.

"C'est pourquoi l'internationalisation du yuan en Afrique est un moyen efficace de remédier au risque de change", souligne M. Zhang, qui explique que le paiement en yuans des produits africains exportés vers la Chine, y compris les produits industriels et les produits agricoles, pourrait résoudre ce problème.

Selon lui, un mécanisme de règlement en yuans pour les importations et les exportations, la main-d'oeuvre et les investissements attirerait davange d'investissements chinois en Afrique. "Dans l'ensemble, le manque d'infrastructures, d'électricité, de matériaux de construction et de produits industriels sont les principales difficultés que rencontrent les investisseurs chinois qui souhaitent s'installer sur le continent. Mais ce sont aussi de bonnes opportunités d'investissement", souligne-t-il.

Selon la Commission nationale chinoise du développement et de la réforme, plus de 3.100 entreprises chinoises ont lancé des projets en Afrique, dont les investissements ont dépassé les 100 milliards de dollars au total. Comment maintenir les bonnes perspectives de la coopération sino-africaine et protéger les entreprises chinoises des risques d'investissement en Afrique en même temps ? Voilà une question à laquelle les autorités et les peuples des deux parties devront répondre.

Lire aussi :

(REGARDS DE CHINE) Boom des investissements chinois en Afrique

(REGARDS DE CHINE) Un nouveau modèle de coopération sino-africaine pour renforcer la capacité de production du continent

010020070770000000000000011107401363731481
澳门赌场|足球即时比分|pk10杀号|mg电子从搜博网开始|北京赛车pk10冠军技巧|真钱扎金花游戏|北京赛车是国家开的吗|银河娱乐|pk10分析软件手机版|818gy
|哪里可以买北京pk10|pk10赛车五码34567技巧|足球小将网页游戏|
和平东街社区 安贞里 连里村 阳春胡同 汉堡
双庙镇 斥山街道 你冇吃到黑是呗 走马坪白族乡 界河镇
bet007 PK10平刷王 炸金花的技巧 泰山棋牌 梭哈规则
北京早点加盟 绿色早餐加盟 早餐 加盟 港式早餐加盟 健康早餐加盟
湖南特色早点加盟 雄州早餐加盟 早餐加盟哪个好 五芳斋早点怎样加盟 早餐类加盟
早餐行业加盟 早餐 酒店加盟 早餐行业加盟 粗粮早餐加盟
早餐包子加盟 早餐加盟项目 早点加盟培训 早餐店加盟哪家好 早餐包子加盟
hhsdq.com abcdbj.com carepoch.com hipingyi.com niupw.com golinan.com yndqwl.com wezhaopin.com lqenyou.com huiyatech.com cthongfu.com lshtzc.com jsjxtl.com jssbtg.com dgjcxs.com jxcr8.com dettop.com gdlizhuo.com jyylby.com gwtfsb.com hmaojd.com labukai.com hxbbxg.com lfjx2003.com gdbeize.com hffvm.com cnlangu.com hnhansan.com gclvxin.com ahhkkj.com baofengfy.com dgyanli.com ic696.com 168cake.com ogyes.com feifon.com hatjyy.com jnyhjgj.com detaidg.com hydzpm.com haier-xf.com ymshdmit.com queovo.com wyslslxf.com ytmkej.com yyhuiqin.com trgshz.com qhdzbsd.com f-rhino.com gytdyzm.com gzisosuo.com huadecw.com tools-tj.com hengebim.com jstmet.com xiumeipx.com ahguangyi.com taianskgl.com dksngd.com whhfqf.com zuiwengl.com jingmeihb.com junyingcj.com dvsxvcp.com szmoxing.com lsxdgq.com ltbzjc.com jjjtbf.com jiwei888.com daniersi.com jx-xj.com hzjyjcj.com jhfmpj.com hbrzzc.com jshsbf.com gz13pf.com jyxinmei.com lubangtj.com hzfdjycl.com jieaojd.com jsxhbxg.com jnzkfm.com 0158cn.com aimyquan.com 0755xmd.com xiadoc.com 77rnsc.com bdnanfa.com 51feier.com laruhai.com jejfamen.com jsjyth.com cqenxin.com 8090uc.com npjiada.com dzwwkt.com 7766gg.com tjbgyp.com jesyy.com 1hz18.com kesitev.com hztctf.com anquyed.com gou5la.com shfszc.com hmfoshi.com wei8866.com zqjwblg.com 20click.com szjzwz.com syjiemao.com xgnjc.com bjhtlq.com kcd1.com ygctea.com q5gg.com gumingdq.com fs-xty.com mcuzb.com nbanba8.com yytzcn.com duivo.com hwavn.com rui168.com chinahmz.com hefeics.com tjydjs.com adsscn.com scsdqh.com hzbfood.com ygxxs.com apyebiao.com xxbb222.com xxbb444.com xxbb56.com